Retour au listing

Horticulture générale

La Colombie, l'autre géant de la fleur …

Jean Charles Lhommet

A l’occasion de l’ouverture du salon Proflora en Colombie, la chambre franco colombienne du commerce et de l’industrie dresse le portrait de la filière floricole colombienne. Ce pays surtout identifié par son café est en réalité le deuxième exportateur de fleurs au monde avec un marché de la fleur coupée représentant plus d’un milliard d’euros.

125 variétés de fleurs et feuillages y sont produits sur environ 7200 ha de cultures et mobilisent 120 000 emplois directs. Avec 15% du marché des fleurs coupées, la Colombie est le deuxième exportateur mondial derrière les Pays-Bas (40 % du marché).

Un marché à l’export

95% de la production est ainsi exportée principalement aux états unis où les Colombiens assurent eux-mêmes la commercialisation. L’Europe et le Japon sont les autres importateurs majoritaires de la fleur colombienne. Ce secteur est en expansion puisque la croissance annuelle d’exportation était de 18% entre 2009 et 2010.

Parmi les 50 espèces exportées vers l’Europe la moitié est représentée par les roses (30%) et les œillets (20%). Les chrysanthèmes (13%) et L’alstroméria (6%) complètent les espèces majoritaires.

La concentration des acteurs de la filière.

Le secteur floricole colombien est représenté par 27 entreprises d’exportation regroupées en association Asoflores. Cet « oligopole » contrôle la logistique et la production sur les 300 sites de production. Les sociétés intermédiaires ont, depuis 15 ans, été peu à peu rachetées ou ont disparu.

Une filière soutenue par l’état

1 million d’euros ont été investi par l’état pour la promotion de la floriculture colombienne et 4 millions pour l’innovation. La production est elle aussi encouragée par la suppression des taxes douanières pour l’importation d’intrants chimiques et engrais et la suppression de la surtaxe sur la consommation d’énergie.

Les exportateurs quant à eux, pourront prochainement convertir leur dette en dollars américain pour se prémunir de la volatilité du taux de change et des facilités de crédits leurs sont accordés.

Une prospection vers l’Europe de l’est.

L'Europe de l'Est est un marché qui se développe. En cinq ans, la Russie est devenue le deuxième acheteur de fleurs colombiennes (5%) devant le Japon, le Royaume-Uni et les Pays-Bas (4% chacun). La filière imagine aujourd'hui développer non seulement les expéditions de fleurs en vrac mais aussi des bouquets destinés aux hôtels et aux entreprises, qui associeraient aux roses et aux œillets des fleurs typiquement colombiennes.

Retour au listing