Retour au listing

Valorisation de la faune indigène utile dans le cadre de la PBI

L'Inule visqueuse : "l'insecte végétal" !

Ange LHOSTE DROUINEAU

Cette plante sauvage de méditerranée fleurie en automne et si on lui laisse un peu de place elle jouera de ses alliances avec les insectes pour protéger les cultures horticoles mais aussi…les oliviers !

Vous la connaissez forcement. Cette plante sauvage de notre région se retrouve naturellement sur les parcelles de terre non cultivées, les bords des routes ou les abords des serres. Elle est surnommée l’insecte végétal de part le rôle incontestable quelle joue dans la protection des cultures par lutte biologique.

  • L’inule est une plante à pollens providentielle en automne pour tous les insectes pollinisateurs, dont les insectes qui participent à la lutte biologique contre plusieurs familles de ravageurs comme les chrysopes, les parasitoïdes d’insectes et les syrphes qui sont des indicateurs écologiques.

  • une plante hôte hivernale pour l’auxiliaire utile Macrolophus. En effet en hiver et au printemps pour la punaise Macrolophus caliginosus qui est une prédatrice de pucerons, d’aleurodes, de pontes de noctuelles et d’araignées rouges, trouve sur l’inule de bonnes conditions pour se maintenir.

source : schneckenprofi.de

  • une plante relais incontournable du parasitoïde de la mouche de l’olive. La mouche de l’olive constitue un fléau pour les oléiculteurs, hors les Inules ont été identifiées comme site incontournable dans le cycle de développement de l’auxilliare indigène luttant contre la mouche de l’olive : Eupelmus urozonus. De plus inule est plante hôte des punaises mirides prédatrice de la mouche de l’olive

Les inflorescences de l’inule sont colonisées par des larves de mouche (Myopite stylata) qui forment ainsi des galles sur la plante. Ces galles sont à leur tour parasitées auxiliaire utile Eupelmus urozonus qui réalisera dans la galle une partie de son développement et y passera tout l'hiver. Au printemps les Inules regorgent d’ Eupelmus urozonus qui partiront en chasse de la mouche de l’olive dont il sont les parasitoïdes.

Pour en savoir plus :

  • Les travaux du GRAB , ont mis en évidence la relation entre l’inule visqueuse et le parasitoïde de la mouche de l’olive. (Source : limitation des populations de ravageurs de l’olivier par le recours à la lutte biologique par conservation (François Warlop 2006 /GRAB)) et plus largement traite du volet biodiversité fonctionnelle dans la protection des cultures de l’olivier.

Retour au listing