Retour au listing

Solutions énergie pour les serristes

EnR utilisables en horticulture, gros plan sur le bois énergie

Christine Durand

En mai 2010, le syndicat Horticole du Var et Hyères Hortipole ont co-édité un guide sur les techniques actuellement disponibles pour utiliser les énergies renouvelables en horticulture.
Cette semaine sur notre site : gros plan sur le bois énergie

Le guide "Énergie renouvelables et solutions pour l'horticulture" traite en détail de 4 sources d’énergies renouvelables (EnR) et des techniques actuellement disponibles pour les valoriser en horticulture :

Nous vous proposons sur ce site, de retrouver au fil des semaines un focus sur chacune de ces nouvelles énergies

Cette semaine Gros plan sur...Le bois énergie

+ d'info :

La filière Bois régionale : document ADEME

Développement du bois énergie en Provence-Alpes-Côte d'Azur au travers :

  • De tableaux récapitulatifs interactifs des projets et des réalisations.
  • De cartographies téléchargeables des réalisations et projets.

Liste des installateurs qualibois

→ aides financières en PACA : site ADEME , site REGION PACA et site du Ministère

→ à lire également : reportage sur une chaudière biomasse en Lorraine (actualité de janvier2010)

Retrouvez pour chaque Fiche EnR les renseignements

  • Principe de fonctionnement illustré
  • Les conditions requises
  • Le déroulement d’un projet
  • Coût et aides à l’investissement
  • Conseils d’experts
  • Un exemple concret réalisé
  • + d’info : liens vers les sites d’info traitant des différents aspect du projet (technique- Aides financières- suivi des projets- législation)

Les énergies renouvelables :

Les énergies renouvelables (EnR) proviennent de sources inépuisables et n’émettent pas de gaz à effet de serre.

L’utilisation des EnR, en remplacement de tout ou partie des énergies traditionnellement utilisées, donnerait au producteur une certaine lisibilité en terme de coût, et de fait, permettrait de réserver l’utilisation de ces énergies fossiles à des utilisations spécifiques.

Produites localement, elles favorisent l’emploi local et participent au développement économique décentralisé ainsi qu’à l’aménagement du territoire, à la diversification de l’agriculture et au retraitement des déchets.

Les principales filières des énergies renouvelables (EnR) exploitables pour l’horticulture sont :

  • Le solaire, avec le Solaire thermique (chaleur) et le photovoltaïque (complément de revenu)
  • la Géothermie (chaleur)
  • la Biomasse : Bois (chaleur) ou compost (gaz)
  • l’Eolien (électricité)
  • l’Hydraulique (électricité)

Les énergies exploitables pour l’horticulture …

La géothermie

La géothermie consiste à récupérer l’énergie de la terre. Cette énergie est située dans le sol (à quelques mètres de profondeur) ou dans les nappes phréatiques.

La géothermie qui concerne les couches superficielles de l’écorce terrestre est la plus facilement exploitable. L’énergie captée dans le sol doit être transformée grâce à une pompe à chaleur pour être utilisable. Cette dernière, par le biais d'un fluide frigorigène, permet de restituer la chaleur à l'intérieur d'un bâtiment dans le but de le chauffer, de le rafraîchir – si réversibilité - ou bien encore de chauffer l'eau sanitaire. L'énergie ainsi récoltée est distribuée via un réseau de diffusion qui peut être : un plancher chauffant, des ventilo-convecteurs, des radiateurs à basse température ou tout autre réseau de distribution de chaleur couramment utilisé dans les serres…

La température des nappes phréatiques et du sol à quelques mètres de profondeur est constante, ce qui permet un fonctionnement optimum et régulier des pompes à chaleur.

La géothermie appliquée au chauffage des serres par air (ou par eau) est très pertinente ; elle permet de remplacer tout ou partie de l’énergie fossile traditionnellement utilisée.

Le puits canadien :

Un puits canadien exploite cette température constante. L’objectif est de faire circuler l’air extérieur, dans un tuyau (échangeur air/sol) à deux mètres environ de profondeur afin de créer un échange thermique entre l’air extérieur et le sous- sol.

En hiver, l’air extérieur, en se propageant dans le puits, se réchauffe au contact du sol et est relâché dans le bâtiment. L’air à la sortie du puits est plus chaud que l’air extérieur. Le puits assure dans ce cas un préchauffage de l’air extérieur et diminue ainsi les besoins de chauffage.

Pour une serre, il est possible d’envisager un puits canadien permettant soit un préchauffage du bâtiment (en complément d’une chaudière), soit un maintien hors gel de la serre.

La biomasse

la biomasse comprend de nombreuses applications : la valorisation et l'utilisation renforcées des ressources de bois-énergie / la valorisation des déchets organiques / (biodéchets)/ la valorisation du biogaz (méthanisation) / la recherche/développement sur les biocarburants

La biomasse énergie ou bois énergie doit tenir compte des autres usages de cette ressource. Une place pour l’énergie est exploitable et même souhaitable compte tenu de l’importance de la forêt varoise et de la nécessité de l’entretenir face aux risques d’incendie. C’est une source d’énergie neutre du point de vue du CO2 car sa combustion s’inscrit dans le cycle naturel du carbone

Pour l’horticulture, le bois énergie est exploitable pour chauffer les serres à l’aide de chaudières bois automatisées

L’énergie solaire

L’énergie solaire peut être utilisée selon deux applications : le photovoltaïque (PV) pour la production d’électricité et le solaire thermique pour la production de chaleur.

Le photovoltaïque

Lorsqu’ils sont frappés par les rayons du soleil, les panneaux ou modules produisent de l’électricité basse tension en courant continu.

La puissance des panneaux s’exprime en watt crête (Wc, puissance maximale dans des conditions optimum d’ensoleillement – 1000 W/m² et pour une température de cellule de 25°C). Elle est en moyenne de 60 Wc/ m2 pour le silicium amorphe, de 130 Wc/ m2 pour le silicium polycristallin.

Les modules PV ont une durée de vie d’au moins 25 ans. Leur production est le plus souvent garantie à 80% au bout de 20 ans. Certains industriels proposent le recyclage des panneaux en fin de vie.Les perspectives de développement de la filière prévoient une augmentation des rendements et une baisse des coûts sur les modules, pour arriver à un coût du kWh PV compétitif avec celui de l’électricité réseau vers 2015.

Les solutions photovoltaïques

L’application la plus rentable consiste à raccorder l’installation PV au réseau. Le courant PV produit peut être vendu au fournisseur d’énergie. Le tarif en vigueur comporte un bonus d’intégration.

La centrale PV peut :

  • équiper un bâtiment : le PV intégré au bâtiment (puissance de l’ordre de 1kWc à 1 MWc)
  • être installée au sol : la centrale PV au sol (puissance en général supérieure à 1 MWc).

Le Grenelle de l’environnement garantit le principe d’un tarif d’achat d’électricité pour le réseau jusqu’en 2012.

Et d’autres EnR qui présentent un potentiel

Le solaire thermique

La chaleur du soleil réchauffe un circuit contenant un fluide caloporteur recouvert d’un absorbeur noir; le tout placé dans un coffre isolé avec une vitre pour créer un effet de serre.

L’énergie solaire thermique est principalement utilisée pour la production d’eau chaude sanitaire. Les capteurs sont reliés à un ballon de stockage. Le solaire couvre 50 à 70% des besoins en eau chaude. Un appoint est nécessaire pour assurer le complément.

On l’utilise également pour le chauffage, à basse température.

Les capteurs doivent faire l’objet d’un avis technique du Comite Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB) ou de la Solar Keymark (certification européenne). Ils ont une durée de vie de 25 ans.

Le chauffage solaire des serres est une solution technique difficile à mettre en œuvre en raison de l’arrêt des installations en été. Cet arrêt entraîne une surchauffe dans les capteurs avec un vieillissement accéléré du matériel.

L’éolien

Les éoliennes utilisent l’énergie du vent pour la convertir en électricité, elle peut être injectée sur le réseau. Les conditions d’achat de cette production éolienne favorisent les centrales de grosse puissance (de plusieurs mégawatts). Le potentiel éolien est exploitable dans le Var. Les opérateurs de la filière louent alors un terrain puis développent et exploitent la centrale. C’est donc un revenu complémentaire possible pour les agriculteurs qui possèdent des terrains.

Bien qu’étant source d’opposition, l’éolien comprend de nombreux atouts parmi lesquels, la rapidité d’installation d’un parc. Son démantèlement garantit la remise en état du site original. Les autres activités agricultrices peuvent continuer autour d'un parc éolien.

Cependant les contraintes administratives rallongent les délais de mise en œuvre d’un parc éolien. Les éoliennes ne peuvent être installées que sur un terrain classé en ZDE (zone de développement éolien).

L’hydraulique

Les grandes centrales hydroélectriques sont les applications les plus connues de l'énergie issue de l'eau. Toutefois, le gisement actuel se situe sur des ouvrages plus modestes qui apparaissent intéressants pour appuyer la sécurisation de l’alimentation électrique de la région.

Ainsi, la petite hydraulique s'avère être la solution la plus adaptée à une production d'électricité modeste, qui peut s'intégrer dans le paysage, en zone rurale ou de montagne. Les applications sont diverses : raccordement au réseau EDF, traitement de l'eau, pompage…

Retour au listing