Retour au listing

Environnement

REREC

Projet En cours

image_REREC.png

Récupération d' Energie sur Réseau d'Eau Contrainte

Projet porté par la Société du Canal de Provence en partenariat avec la filière Horticole et le cabinet d' Étude BG Ingénieurs Conseil

Description

Présentation du projet REREC

« Récupération d’Energie sur Réseau d’Eau Contraint »

Nature du projet

Le projet vise à la mise au point et la validation de l’emploi de pompes à chaleur alimentées par un réseau de distribution d’eau brute sous pression et à destination des serristes. Actuellement, le renchérissement des énergies fossiles impose aux serristes la recherche d’optimisation de leur facture énergétique afin de maintenir leur compétitivité dans un marché international difficile. Le système mis en place au cours du projet est destiné à la maîtrise de ces coûts, tout en réduisant la production de gaz à effet de serre.

Pouvoir à terme utiliser les réseaux d’irrigation sous pression comme nouvelle source d’énergie se fera par le biais de la récupération thermodynamique des thermies contenues dans l’eau au moyen d’une pompe à chaleur. L’exploitation normale du réseau ne devant pas être compromise, la conception du système, son dimensionnement et sa régulation doivent intégrer cette contrainte. Le projet prévoit 4 phases : une étude de faisabilité, une étude détaillée du système, l’installation sur un site pilote, la valorisation et la diffusion de cette technologie innovante.

Enjeux

Enjeux

A l’échelle du territoire régional, les enjeux du projet REREC relèvent des trois piliers du développement durable.

  • Volet économique et volet social

La région PACA reste la première région de production horticole française, avec le quart du chiffre d’affaire national à la production (500 M€), et près de 2 000 exploitations soit 2 600 ha dont 580 ha sous serre. La demande énergétique des exploitations est très importante, en particulier pour les cultures spécialisées conduites en continu sur l’année telles que la rose ou le gerbera.

Pour les serristes, le poste énergie représente à ce jour, avec les systèmes courants utilisant les énergies fossiles (principalement gaz naturel), jusqu’à 30 % du chiffre d’affaires des exploitations. L’enjeu économique porte sur les points suivants :

- Maintenir la rentabilité individuelle des entreprises qui sont fortement consommatrices d’énergie pour éviter de désorganiser le marché par une orientation « tout azimut » des exploitations vers des productions moins exigeantes en chauffage, qui sont par nature aussi beaucoup moins maitrisables en termes de calendrier de production.

- Soutenir la filière horticole par un positionnement concurrentiel sur le poste énergétique et maintenir la création de richesse et les emplois à l’échelle de la filière régionale (recherche-production agricole - négoce)

  • Volet environnemental

Le système REREC repose sur la valorisation des thermies de l’eau. Il se positionne comme un process de valorisation des énergies renouvelables (EnR). La ressource primaire (l’eau) est gérée de façon durable par la Société du Canal de Provence. L’exploitation de cette nouvelle ressource énergétique, principalement dans la perspective d'un mix énergétique, constitue une pratique de très haute performance environnementale et une alternative à l’utilisation des combustibles fossiles.

Exemplarité du modèle REREC

  • La récupération d’énergie sur réseau d’eau contraint est un modèle innovant qui permet d'envisager un nouvel usage de l’eau.
  • C’est aussi, chose rare, un système d’exploitation EnR préservant totalement la ressource en eau, celle-ci n’étant exploitée que pour ses thermies et est réinjectée sans aucune pollution dans le réseau. Ce critère fait de REREC un modèle d’excellence pour la Région PACA.

A ce sujet lire en annexe : Extrait du WEO 2012 (World Energy Outlook)

Lien : http://www.developpement-durable.gouv.fr/L-Agence-internationale-de-l,30394.html

Annexe :

Extrait du WEO 2012- auteur IEA (droit de publication réservée)

 

Une eau de plus en plus précieuse pour les ressources énergétiques

 

 Perspectives

Les besoins en eau pour la production d’énergie sont appelés à croître deux fois plus rapidement que la demande énergétique. L'eau est un facteur essentiel à la production d'énergie : pour la génération d'électricité, pour l'extraction, le transport et le traitement du pétrole, du gaz et du charbon, et, de plus en plus, pour l'irrigation des cultures destinées à la production de biocarburants. Nous estimons qu'en 2010, les prélèvements d'eau à des fins de production énergétique se sont élevés à 583 Gm3, dont 66 Gm3 pour la consommation d'eau – c'est‐à‐dire le volume prélevé qui n’est pas retourné à sa source. Les

85 % de hausse prévue pour la consommation d’eau sur la période allant jusqu'en 2035 reflètent un mouvement vers une production d'électricité plus gourmande en eau et une progression de la production de biocarburants.

L'eau devient un critère de plus en plus important d'évaluation de la viabilité des projets énergétiques, à mesure que la croissance démographique et économique intensifie la concurrence pour les ressources en eau. Dans certaines régions, les contraintes liées à l'eau affectent d’ores et déjà la fiabilité des opérations existantes, et elles imposeront de plus en plus de coûts supplémentaires. Dans certains cas, elles pourraient aller jusqu'à menacer la viabilité même des projets. La vulnérabilité du secteur énergétique devant les contraintes liées à l'eau se fait ressentir sous de nombreuses latitudes. Elle affecte, entre autres, la mise en valeur du gaz de schiste et la production électrique dans certaines régions en Chine et aux États‐Unis, le fonctionnement du parc de centrales indien extrêmement gourmand en eau, la production canadienne de sables bitumeux et le maintien de la pression dans les gisements pétroliers irakiens. De nouveaux développements technologiques ainsi qu'une meilleure intégration des politiques énergétiques et de gestion de l'eau seront nécessaires à la gestion des situations de vulnérabilité engendrées par le problème de l'eau dans le secteur énergétique.

Acteurs

  • Porteur du projet - maître d’ouvrage/ Bureau d’études sous-sol, canalisations : Société du Canal de Provence / Le Tholonet, CS70064,13182 Aix en Provence Cedex 5
  • Bureau d’études surface : Cabinet d 'Étude BG Conseils/ 20, allée Turcat-Méry, 13008 Marseille
  • Site Pilote pressenti : Morel Diffusion- 2565 rue Montourey 83600 FREJUS
  • Transfert des connaissances au sein de la filière horticole : Syndicat Horticole du Var et Hyeres Hortipole 1202 vieux chemin de Toulon 83400 HYERES / Agricampus 32 chemin Saint Lazare 83400 HYERES

Etat des lieux

Perspectives

Si des précédents existent en termes de valorisation des thermies de l’eau à travers l’utilisation des pompes à chaleurs (Installation sur ouvrages à surface libre à Pignans, Var), le projet REREC se démarque sur deux aspects importants

  • S’affranchir des contraintes foncières générées par l’exploitation des nappes d’eau (bassins)
  • Proposer une trame spatiale d’application potentielle correspondant au réseau d’eau SCP.

Autre perspective d’application :

  • Si le système se conçoit pour chauffer les serres en hivers, il est techniquement possible d’envisager d’exploiter le système pour du refroidissement en été.

Georges FAVREAU

Portrait

Pour la société du canal de Provence, le projet REREC est très intéressant car il crée un nouvel usage de l’eau

Instantané Georges FAVREAU (10-05-2011 11-33).png

Lire la suite

Actions

REREC

Calendrier d'action du projet

Durand Christine

Le projet REREC fait l'objet d'une demande de soutien auprès de l'ADEME PACA déposée en mai 2015 par la Société du Canal de Provence porteur de projet.

Retour au listing