Retour au listing

Floriculture & Impact environnemental

résultats collectifs de l'enquête "impact environnemental "

Christine Durand

Grâce à la collaboration de 116 horticulteurs varois, volontaires pour répondre à un questionnaire détaillé sur leurs pratiques culturales, Hyères hortipole a réalisé une enquête sur l'impact environnementale de l'activité floricole locale. Après avoir restitué à chacun ses résultats et proposé des axes d'amélioration individuellement, l'heure est à l'analyse collective. Nous vous proposons ici une courte synthèse de l'analyse collective.

Présentation du groupe des 116 horticulteurs

Nous avons pris le parti de recenser les pratiques horticoles au niveau du collectif de producteurs « Hortisud ». Ce groupe peux être considéré comme représentatif de l’horticulture varoise en son ensemble de part :

  • la diversité des systèmes de production observés : 48% Pleine terre couvert, 27% Hors sol, 25% Plein air
  • la diversité des cultures en place : 35 espèces de différent type : pérenne, annuelles, bulbeuses, issu de semi
  • et par son poids économique sur la SICA marché aux fleurs de Hyères ( représente 46% des Quantités et 48% du chiffre d’affaire global en 2009 )

Localisation de l’étude :

Sur les 145 producteurs « Hortisud » 116 ont répondus favorablement à notre demande d’entretien. Ces entreprises sont réparties sur 11 communes, la majorité basée sur Hyères (47) et la crau (26)

Le diagnostique

Manon Estève, élève ingénieur de l'École PURPAN, a réalisé entre aout et novembre 2009, 116 entretiens individuels. Elle s’est déplacée sur chaque site, afin de recueillir les réponses concernant les pratiques des horticulteurs, et pouvoir réagir de visu aux explications fournies.

Le questionnaire permettant d'estimer l'impact environnementale des pratiques horticoles des entreprises comporte 70 questions dont 37 font référence à des aspects réglementaires.

5 volets techniques sont analysés :

  1. Protection des cultures : local/matériel/choix des produits/préparation/application/protection de l'environnement
  2. Fertilisation: stockage des engrais/ choix des fertilisants/ matériel/stratégie de fertilisation/ application/ protection de l'environnement
  3. Irrigation : prélèvement durable de l'eau, qualité, matériel d'irrigation, stratégie d'optimisation
  4. Gestion des déchets : plastiques, déchets verts, déchets et effluents Phytosanitaires, supports de culture, fertilisation
  5. Gestion de l'énergie :adéquation outils serre et besoin énergétique/ production distribution déperdition de chaleur/ gestion du climat/ entretien

L’objectif poursuivi lors de ces entretiens est de recueillir des données reflétant objectivement l’actuel taux de transfert des bonnes pratiques chez les horticulteurs. Ces données (anonymes) sont inclues dans la base de données qui sera exploitée pour analyser les résultats collectifs.

Ces entretiens sont également l’occasion d’échanger avec le producteur sur l’impact de son activité sur l’environnement, de l’informer sur les actions en cours ( au sein de Philaflor, du scradh, de la MSA etc…) et de lui proposer de visualiser, dès l’issue de l’entretien, son profil ( points forts et points faibles) grâce à une notation par poste, représentée sous forme de radar par poste et radar global

Restitution de l’analyse collective...en quelques mots

De l'analyse collective ressort un profil plutôt bien noté

  • Pour chacun des poste observé et quelque soit des systèmes culturaux, la moyenne du groupe est supérieure à la note de médiane de 5 illustrée en rouge.
  • Le postes irrigation et gestion des déchets apparaissent comme des points d'excellence.

Les facteurs favorables à cette dynamique se dégagent principalement du travail des structures locales, dans lesquelles les horticulteurs sont très actifs (membre de commissions, administrateurs…).

  • Le scradh : programme de recherche appliquée recyclage des effluents, PBI, désinfection…
  • Phila flor : conseil technique et application des résultats pratiques du scradh…
  • Syndicat Horticole de Var : Conseil EnR, aide à la réalisation de projets innovants…

(liste non exhaustive des actions en rapport avec l'environnement )

  • A noter également que l’investissement des partenaires « fournisseurs » du privé (obtenteurs, fournisseurs de matériel ou d’énergie…) est primordial dans la mise en place de techniques innovantes.( par exemple : nouveau conditionnement des auxiliaires PBI)

Le moteur de cette dynamique est économique : une bonne « bonne pratique » doit être durable économiquement. A noter, le rôle important des aides publiques dans le mise en œuvre des projets innovants ( PVE , Circulaire serre) donnant une impulsion financière parfois indispensable, dans des entreprises aux trésoreries resserrées .

Les points d’amélioration :

L’objectif étant également de cerner nos points d’amélioration, nous nous sommes attachés à analyser nos points faibles. Des résultats détaillés poste par poste ont été analysés (Base de données). Nous retiendrons dans ce compte rendu les points désignant les freins à lever:

  • L’hétérogénéité des résultats individuels
  • Des entreprises de taille réduite, peu enclines à dispenser du temps à la traçabilité des pratiques.
  • Des pratiques d’excellence PBI, EnR qui se mettent en place sur des groupes « esthètes » : 40 producteurs pratique la PBI sur une surface allant de 10 à sup de 60%, 1 seul producteur utilisant la géothermie . Il sera important que les futures chartes environnementales valorisent ses pratiques par Bonus sur ces producteurs ( et non pas qu’elles défavorisent ceux qui n’y ont pas recours !)

Restitution de l’analyse collective...en savoir plus

L'analyse collective détaillée poste par poste, est disponible à travers le mémoire de fin d'étude de Manon Estève, Nous offrons à tous les producteurs ayant participé à cette enquête de passer au bureau de Hyères hortipole pour le consulter librement et pour en débattre ensemble.

Retour au listing