Gerbera

Originaire d’Afrique du sud, le gerbera a été introduit en Europe par les botanistes du 19ème siècle. A partir de 1975, la mise au point de la technique de propagation par culture de tissus, permet aux obtenteurs de mener à bien leurs travaux de sélection grâce à cette technique permettant la multiplication rapide des variétés obtenues. Actuellement, la culture moderne du gerbera, propose des variétés à tiges longues et rigides, avec des inflorescences très variées tant par la forme, que part le nombre et les coloris des ligules. Commercialement on distingue plusieurs types de gerbera selon le diamètre de l’inflorescence : le mini gerbera avec son inflorescence de 6 cm, le gerbera standard dont l’inflorescence a une diamètre compris entre 9 et 10 cm et entre les deux la classification midi très peu développée.

Dans le Var, la culture du gerbera est l’affaire d’horticulteurs spécialisés sur cette espèce. Actuellement, cette culture concerne pour 70% des quantités le type commercial mini-gerbera. Au niveau mondial la proportion des mini-gerbera allant jusqu’à 79% ! Cultivés sous serre tout au long de l’année, les améliorations techniques et agronomiques en font une culture high-tech .

L’offre varoise proposée sur la SICA Marché aux fleurs d'Hyères est, pour l’année 2008, de 19,5 millions de tiges vendues. Les variétés cultivées dans le Var sont spécifiques car adaptées au climat méditerranéen.

Retrouvez plus d’info dans les rubriques ci-dessous : Offre/production/variétés

Offre mondiale :

En 2010, sur l’ensemble des marchés hollandais, le gerbera représente un commerce d’environ 180 millions de tiges, produites quasi intégralement aux Pays-Bas. La commercialisation se fait toute l’année avec des quantités mensuelles atteignant près de 19 à plus de 20 millions de tiges au printemps (mars-avril-mai-juin) et 10 à 12 millions de tiges pour les mois de novembre décembre janvier.

Aux Pays-Bas, 86% des quantités de gerbera sont vendues à la variété. La gamme, particulièrement dynamique sur cette espèce, compte en 2010 245 références actives. Un grand nombre de variétés apparaissent ou disparaissent chaque année. On observe généralement que les cotations s’enflamment sur les nouveautés mais dès l’année suivante, le prix moyen redescend. Malgré tout 74% de l’offre s’articule autour de 40 variétés de plus de 1millions de tiges.

Offre varoise :

En 2010, sur la SICA Marché aux fleurs d'Hyères plus 5 millions de tiges ont été commercialisées. La production se fait toute l’année avec des quantités mensuelles atteignant 700 mille tiges au printemps (mai) et au minimum 300 mille tiges pour les mois de novembre et décembre.

Sur la SICA Marché aux fleurs d'Hyères, 88 % de l’offre est proposée en mélange de variétés conditionnées très majoritairement (90%) en seau à l’eau, en raquettes ou palettes mono variétales. Les variétés vendues seules sont spécifiques au Var car les producteurs favorisent celles dont la culture est adaptée aux conditions climatiques méditerranéennes. On note notamment par rapport à la Hollande, une plus grande représentativité des variétés de l’obtenteur Italien Albani.

Calendrier

Dans le Var, l’offre en gerbera est disponible 12mois/12, avec des quantités moindres en fin d’année (novembre –décembre). A noter cependant une tendance à la baisse des volumes l’été qui semble corrélée à une faible demande du négoce.

Cotations :

Concernant les gerbera, les écarts de prix restent importants selon les époques. Aux Pays-bas, le prix moyen en 2010 était de 0,22€ la tige pour 0,18€ en 2009.

Dans le Var, les cotations se font très peu à la variété (moins de 12% de l’offre) ce qui donne peu d’emprise à l’effet de plus-value sur les nouveautés. Globalement, les gerbera présentent un prix moyen en 2010 de 0,268€.

Retrouvez les cotations détaillées de cette espèce via le site du SNM et une analyse des mercuriales de la SICA Marché aux Fleurs d'Hyères sur le site de la Chambre d’Agriculture du Var (rubrique pôle maraicher /économie)

La qualité des gerbera du Var

La qualité de tenue en vase des gerbera explique sûrement sa cote auprès des fleuristes et des consommateurs. Cependant, ce critère de qualité a été acquis après bien des efforts de la filière : en première ligne, les obtenteurs œuvrant à sélectionner des variétés adaptées, puis les producteurs adaptant leurs méthodes culturales (l’équilibre de la fertilisation est prépondérante sur la qualité des tiges) et leurs soins post-récolte. Un effort particulier a été fait par la production pour assurer la chaine de l’eau. Depuis le chantier mobile de conditionnement en serre, jusqu’à la vente en seau à l’eau, tout est fait pour assurer l’hydratation du gerbera.

Les producteurs varois s’engagent pour la qualité de leur produit à travers la maque de qualité « Hortisud ». Un cahier des charges spécifique aux gerbera offre la garantie de la fraicheur du produit et celle d’un contrôle régulier des lots mis en marché. Sur la SICA Marché aux fleurs d'Hyères, diffuseur exclusif de la marque, 89% des apports en 2010 portent la marque Hortisud. Depuis 2007,Hortisud est une marque Agrée Charte Qualité Fleurs, apportant des garanties d’optimisation et du suivi de la de tenue en vase .

Techniques culturales :

Le gerbera est une plante vivace dont les fleurs sont récoltées toute l’année sur une période d'exploitation moyenne de deux ans. Particulièrement sensible aux maladies telluriques, sa culture se fait en hors-sol sur des substrats inertes tel la fibre de coco. La fertilisation, qui conditionne pour beaucoup la tenue des tiges, est équilibrée selon les besoins de la plante au cours de son cycle. Si l’irrigation des plantes se fait en sur-drainage, les solutions excédentaires sont récupérées, désinfectées puis rééquilibrées avant d’être réutilisées sur la culture : c’est le recyclage !

La sensibilité du gerbera aux bactéries pouvant se retrouver dans la fertlisation, à longtemps rendu impossible le recyclage du drainage. Dès 1997, le SCRADH lance des séries de tests pour affiner et tester l’efficacité des différentes méthodes de désinfection (chloration, thermo-désinfection, désinfection UV). Actuellement dans le var, le « recyclage » est une bonne pratique acquise.

La protection phytosanitaire est également un poste important par ses enjeux. Les méthodes de lutte par protection biologique intégrée (PBI) sont en place au SCRADH. Le transfert en entreprise se fait progressivement mais certains freins peuvent compliquer son application (grande taille des unités de production, entrée régulière de jeunes plants, cueillette en continue et forte pression économique )

Le gerbera est une culture requérant des consignes de température équivalentes à celles de la rose (consigne minimale de température atmosphérique à 15°C ). Seules des serres performantes et des systèmes de chauffage compétitifs permettent de maintenir le coût du poste énergie. Les producteurs de gerbera sont aujourd’hui devant le défit d’accéder à de nouveaux système de chauffage pour s’affranchir progressivement des énergies fossiles. Ces solutions sont actuellement en cours de développement, d’ores et déjà des systèmes de mixtes énergétiques sont en place sur quelques exploitations pilotes.

Développement de techniques innovantes

Grâce au SCRADH, station d’expérimentation à Hyères et à l'implication des techniciens de Phila-Flor, de nombreuses innovations techniques ont été transférées en entreprise très rapidement. On citera pour mémoire :

  • Fert irrigation en Hors sol, recyclage et désinfection des solutions nutritives
  • Enrichissement des cultures en CO2 , par récupération des gaz de combustion des chaudières

Actuellement encore le SCRADH travaille, dans le cadre de la commission « gerberistes » sur

  • Test de comportement variétal de nouveautés en partenariat avec les obtenteurs Florist, Schreurs, Albani et Terranigra
  • Étude de l’influence de l’éclairage photosynthétique sur les cultures conduites en enrichissement de CO2
  • Lutte contre les insectes ravageurs par méthode de protection biologique intégrée

Le respect de l’environnement

A travers le développement de techniques et d’outils performants, les producteurs de gerbera peuvent s’orienter durablement vers des modes de cultures plus respectueux. Si le recyclage des solutions nutritives est un acquis, d’autres bonnes pratiques ne sont que peu transférées en entreprises car il reste encore des freins à lever. C’est le chalenge des partenaires de la filière, obtenteurs, fournisseurs. C'est également le travail des techniciens des structures, que d’accompagner les horticulteurs dans la recherche de solutions innovantes et durables.

Évolution de la gamme

Sur la SICA Marché aux fleurs d'Hyères, la gamme des gerbera compte environ 120 variétés. Majoritairement vendus en lots variés. En 2008 figure au Top 10 les variétés suivantes vendues nominativement :

Grizzly ©

Carambole©

Fusion©

Real©

Dame blanche©

Maroussia©

Sunrich©

Testarossa©

Natasha©

  • Remarque : Sur la SICA Marché aux fleurs de Hyères, 88 % de l’offre est proposée en mélange de raquettes à la variété. Les variétés vendues seules sont spécifiques au Var car les producteurs valorisent la culture des variétés adaptées aux conditions climatiques locales. On note notamment par rapport à la Hollande, une plus grande représentativité des variétés de l’obtenteur Italien Albani.

La création variétale au sein de l’espèce

La gamme de variétés de gerbera est très entendue et très dynamique. La création de nouveautés et l’offre, en lots homogènes et saints de jeunes plants, est au cœur du métier des obtenteurs. Dans le secteur de la fleur coupée, les principaux obtenteurs sont les Etablissements : Albani (en Italie), Florist, Preesman et schreurs (aux Pays bas). L’activité des laboratoires où s’opèrent, en condition stériles, la phase de multiplication végétative par culture de tissus est très strictement encadrée.

Les obtenteurs rivalisent de créativité et outre la déclinaison des coloris, tous se sont lancé dans la création de nouvelles formes. On ne manque pas de possibilité pour surprendre et innover en gerbera !

On peux citer non exhaustivement, la série des Pomponi (inforescence en pompom) chez schreurs, la série des Pasta (ligule ondulés), Chez Terranigra la série des Gerfolia ( pédoncule (tige) portant un feuillage) ou des spring (ligule effilés) . Chez Florist la série des spider-gerbera (ligule effilés), chez Preesman les variétés vertes Loco à l’inflorescence hirsute.

Les plus sages dans l’histoire de la création végétale du gerbera, sont sans nul doute les consommateurs qui ne rentrent pas ces originales dans le top 10 de leurs habitudes d’achat !

Au niveau des marchés du VBN, on note tout de même en gerbera 4 variétés de type Pasta totalisant en 2008, 156 milles tiges.

Les contacts Pro en région :

Obtenteurs/distributeurs/ serre de pré sélection et démonstration présents localement

Javyflor : distributeur TERRA NIGRA

Plants et services : Jeunes plants de Florist de Kwakel BV

En savoir plus

Les sites des obtenteurs où vous trouverez beaucoup d’information ainsi que des catalogues illustrés à consulter ou à télécharger.

www.albani.it

www.floristdekwakel.nl

www.preesman.nl

www.schreurs.nl

www.terranigra.com

Gerbera